Priorités d'action des services de l'Etat

 

La définition des priorités d’action des services de l’État (PASE) consiste à s’engager dans une logique d’accord de service qui repose sur deux éléments :

  • Une définition précise du cœur de métier de l’État, « ce qu’il serait inacceptable de ne pas faire », que nous appelons la déclinaison opérationnelle du PASE ;
  • Une photographie de notre organisation, qui nous permet de dire combien nous mobilisons d’agents pour chacune de nos missions et de nos fonctions, que nous appelons le projet des services ;
  • Au terme de cette démarche, le Préfet croisera les deux approches pour pouvoir dire quelles sont les évolutions de notre organisation qui sont nécessaires pour consolider notre cœur de métier.

La déclinaison opérationnelle du PASE définit les orientations stratégiques et les opérations à enjeux de l’État dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle s’articule autour de 4 orientations c’est-à-dire 4 axes de travail qui seront mis en œuvre tout au long de l’année 2013 :

  I.  La protection de la population.

Les objectifs :

-  réduire les menaces physiques graves sur les personnes ;

-  protéger l’intégrité des personnes en luttant contre les exclusions.

Pour réduire les menaces sur les personnes exposées à un danger vital ou à un risque majeur pour leur intégrité, leur santé et leurs biens essentiels, l’engagement de l’ensemble des acteurs publics demeure nécessaire.

  II.  Accompagner le développement territorial pour l’emploi

Les objectifs :

-  favoriser l’accès à l’emploi durable par la construction et la sécurisation des parcours individuels ;

-  consolider et développer l’offre d’emploi durable sur le territoire ;

-  créer les conditions du développement économique et de l’emploi en améliorant l’attractivité du département.

Cet accompagnement nécessite la mobilisation de l’ensemble des forces vives du département.

  III.  Assurer le caractère durable du développement

Les objectifs :

-  satisfaire aux obligations communautaires du bon état de l’eau et des milieux aquatiques en 2015 ;

-  lutter contre le changement climatique en développant notamment les énergies renouvelables ;

-  aménager le territoire dans le respect de la biodiversité et avec le souci de valoriser le patrimoine naturel.

Pour y parvenir, les services de l'État doivent faire preuve de réactivité, un effort de simplification doit être effectué et des arbitrages seront réalisés. Il s’agit d'assurer les arbitrages de l'utilité publique, c'est-à-dire de départager les dynamiques et les enjeux contradictoires en faisant les choix respectueux à la fois de l’Homme, de son activité et de son environnement.

  IV.  Moderniser le management et la gestion des politiques publiques

Les objectifs :

-  organiser le management stratégique des politiques de l’État et améliorer l’efficacité de la dépense publique ;

-  veiller à la performance de l’administration dans la mise en œuvre des procédures à enjeux ;

-  optimiser l’emploi des moyens publics et moderniser le fonctionnement des services.

Cette modernisation de la gestion des politiques publiques nécessite d’organiser de manière optimum nos institutions publiques.  

 

Conclusion : Un nouvel état d’esprit et de nouvelles perspectives de travail dans la conduite de l’action publique.

Garantissant « ce qu'il est inacceptable de ne pas faire », l'État assure le socle républicain de l'action publique. Il ne le fait pas seul. Il développe sur toutes ces politiques des relations privilégiées d’action avec les collectivités territoriales et l’ensemble des forces vives du département.