Concertation pour la Police de Sécurité du Quotidien

 
POLICE-DU-QUOTIDIEN_Visuel-Site-Dedié

Avec la Police de Sécurité du Quotidien, le Gouvernement s’est engagé dans une évolution des missions de la police et de la gendarmerie pour répondre à la première préoccupation des Français : la sécurité. 

Aujourd’hui, malgré l’engagement de nos policiers et de nos gendarmes, certains de nos concitoyens sont en perte de confiance en la capacité de l’État à les protéger. Comme l’a souligné le Président de la République dans son discours du 18 octobre, l’insécurité ressentie par nos concitoyens provient autant de la menace terroriste que des infractions commises au quotidien.

La sécurité du quotidien, c’est lutter contre tout ce qui fait naître un sentiment d’insécurité chez nos concitoyens et qui leur donne l’image de l’impuissance publique : les cambriolages, les infractions routières, les implantations et campements illicites, les rodéos sauvages, les occupations des halls d’immeubles, les incivilités dans la rue et dans les transports, ou le harcèlement de rue pour les femmes.

Pour répondre à cette ambition, le ministre de l’Intérieur a demandé le 28 octobre 2017 aux préfets d’organiser dans chaque département une concertation.

Discours du ministre de l’Intérieur :

> (Discours de M. Gérard COLLOMB, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur - PSQ - Inauguration Hôtel de Police -) - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Bernard GUÉRIN, préfet des Alpes-de-Haute-Provence organise une concertation locale qui permettra de recueillir vos propositions et vos contributions qui seront communiquées au ministre de l’Intérieur avant le 15 décembre prochain.

À cette fin, cet espace numérique est mis à votre disposition.

Compte tenu de l’étendue des sujets liés à la sécurité, nous vous proposons de répondre aux questions ouvertes suivantes :

Question 1 : Quelles sont vos attentes en matière de sécurité et comment, selon vous, celles-ci pourraient-elles être mieux prises en compte ?

 

Question 2 : Pensez-vous avoir un accès facilité au service public de sécurité ? Selon vous, quelles actions pourraient-elles être mises en œuvre pour développer et faciliter l’accès au service public de sécurité ?

 

Question 3 : Estimez-vous être suffisamment informés des actions de prévention et de sécurité mises en œuvre par les forces de sécurité et de leur résultat ? Quelles actions pourraient-elles être mises en œuvre (et selon quelles modalités) pour enrichir votre information ?

 

Question 4 : Estimez-vous être suffisamment associé à l’action de sécurité ? À quelles missions ponctuelles ou sur quel engagement de longue durée pourriez-vous ou souhaiteriez-vous être associé ?