Les pôles de compétitivité

 

Les pôles de compétitivité (71 au niveau national et 3 au niveau départemental) ont été créés en 2004.

I) Une politique nationale

Les pôles de compétitivité (71 au total au niveau national) ont été créés en 2004 avec trois axes majeurs :

  • le développement des réseaux notamment au bénéfice des PMEPetites et moyennes entreprises ;
  • la mise en place de projet de recherche ;
  • la visibilité internationale de nouveaux clusters à taille critique.

Il s’agit, sur un territoire donné d’une association d’entreprises, de centres de recherche et d’organismes de formation, engagés dans une démarche partenariale avec une stratégie commune de développement afin de dégager des synergies autour de projets innovants conduits en commun en direction d’un marché donné.

Cette politique vise à susciter puis à soutenir les initiatives émanant des acteurs économiques et académiques présents sur un territoire.

Chaque pôle est représenté et animé par une entité juridique propre, le plus souvent une association, dont les missions principales sont :

l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie générale du pôle ;

  • la sélection des projets de recherche candidats à un financement public dédié au pôle ;
  • la communication du pôle, notamment à l’international ;
  • la mise en place de coopérations avec d’autres partenaires, français et étrangers ;
  • l’évaluation des projets.

Un contrat cadre régit les relations entre le pôle de compétitivité, l'État et les collectivités territoriales impliquées.

 

II) Les pôles de compétitivité dans le département

Trois pôles de compétitivité sont actifs dans les Alpes-de-Haute-Provence.

A/ Le pôle "Parfums, arômes, senteurs et saveurs" (PASS)

Labellisé le 12 juillet 2005, ce pôle vise le développement d'une filière de production locale des plantes aromatiques aux parfums. Ce pôle s'étend sur quatre départements (Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Bouche-du-Rhône et Drôme). Il est centré sur les régions de Grasse et Forcalquier.

Les projets de recherche et développement s’orientent dans 3 directions :

  • recherche sur les effets allergisants potentiels des huiles essentielles (programme Immunoreach) ;
  • l’amélioration de la qualité des produits utilisés comme parfums d’ambiance ;
  • la lutte contre le dépérissement de la lavande et la conformation des produits authentiquement provençaux.

Le pôle s’est également fait connaître par des actions de communication à Paris, Bruxelles et New-York.

B/ Le pôle "Energies non génératrices de gaz à effet de serre" (Capenergies)

Labellisé le 12 juillet 2005, le pôle Cap-énergies regroupe 160 partenaires des régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Corse. Dans le département, il inclut Manosque et sa région.

Il vise à développer l’expertise régionale dans le secteur des énergies non génératrices d’effet de serre, notamment par des actions de sensibilisation, de formation, de recherche et de développement industriel, dans une région qui possède dans ce domaine des atouts considérables:

  • des ressources naturelles exceptionnelles (1er gisement solaire de France, 2ème gisement hydraulique et 3ème gisement pour l’éolien et la biomasse) ;
  • le projet ITER qui assure une renommée mondiale ;
  • une politique régionale volontariste, dans un contexte mondial de réflexion sur le réchauffement planétaire.

Le périmètre du pôle recouvre 7 domaines : la maîtrise de la demande d’énergie, le solaire, l’éolien, l’hydraulique, la biomasse et l’hydrogène, la fission, la fusion. 116 projets ont été labellisés depuis 2005.

C/ Le pôle "Orpheme" (pathologies émergentes et maladies orphelines)

Il a reçu le label "pôle de compétitivité" lors du Comité Interministériel d'Aménagement et de Compétitivité du Territoire (CIACT) du 6 mars 2006.

Les pathologies émergentes et les maladies orphelines seront un problème de santé publique et financier grandissant pour la plupart des pays. Les régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon occuperont une position de leader international dans ce domaine.

Sisteron fait partie de la géographie de ce pôle en raison de l’implantation sur son territoire d’une usine du groupe pharmaceutique Sanofi – Aventis.